GoGoulet remplacer Twitter

Les solutions pour remplacer Twitter 

gogouletMarketing Laisser un commentaire

C’est en mars 2007 que Biz Stone et Evan Williams ont présenté Twitter à la conférence « South by Southwest ». On peut officiellement dire que la plateforme de microblogging Twitter a été connue du grand public en 2009, alors que son nombre d’abonnés a connu une fulgurante montée de plus de 1300 %. Twitter est rapidement devenu un incontournable des communications numériques. Au fil des ans, Twitter a été adopté par de nombreuses célébrités et est devenu la plateforme chouchou des journalistes, des communicateurs et des politiciens. 

Twitter a participé aux changements dans la consommation de l’information des années 2010. En raison de ses partages de pages Web, mais surtout de la limitation des caractères dans ses publications, Twitter a entrainé une ultravulgarisation des sujets et a permis de développer une communication axée sur le punch, plutôt que sur la qualité du contenu. Dans une stratégie de « grand titre », la plateforme de microblogging a forcé les experts en communication et en marketing à retravailler leurs écrits et à les rendre plus mordants et moins “politically correct”. 

Dans les dernières années, Twitter a surtout fait les manchettes au sujet des frasques de Donald Trump et de Kanye West. Mais plus récemment, c’est son rachat par l’homme le plus riche du monde, Elon Musk, qui a fait la une. 

Pourquoi Twitter est-il devenu un problème ? 

Twitter reste encore aujourd’hui l’une des plus grandes plateformes sociales. Avec plus de 150 millions d’utilisateurs quotidiens, Twitter est un incontournable dans le monde des médias et du divertissement. La plateforme permet de partager son opinion sur presque n’importe quel sujet, Twitter est aussi devenu un outil pour interpeler les artistes, les politiciens, les entrepreneurs et les personnalités publiques. 

Twitter a cependant un côté sombre. Plateforme de choix des bullies et des commentaires toxiques, elle a mauvaise presse en raison de ses communications hors de contrôle. 

Désinformation et « fake news » 

Twitter est connu pour le partage de « fake news » et la désinformation : de récentes études permettent d’évaluer que le taux de désinformation présente sur cette plateforme se situe à plus de 70 %. Les partages de fausses informations sont faits en grande majorité par des utilisateurs, non pas par des robots.  

Qu’est-ce qui explique cette situation ? 

Lorsque les gens voient de nouvelles informations susceptibles de les choquer, cela suscite davantage une réaction émotionnelle. C’est beaucoup plus percutant que de voir des informations précises présentées de manière neutre.  

 Les lecteurs peuvent ressentir un large éventail d’émotions à propos de nouvelles et d’événements spécifiques qu’ils pensent être réels, mais qui ne le sont pas !  

Si vous avez rencontré de fausses nouvelles, assurez-vous de consulter les politiques de Twitter sur le signalement de fausses informations. 

Opinions sans filtre et discours haineux 

Twitter est brut. Il est possible rejoindre des groupes qui partagent des opinions qui ne sont pas contraires aux directives de la communauté. Malheureusement, cela signifie également qu’il existe certains groupes dédiés à détruire les points de vue des autres.  

Soulignons toutefois quelque chose d’important ici. Comme les commentaires se font derrière un écran, il est donc plus facile pour un troll de se moquer en ligne sans en subir les réelles conséquences !  

Mais heureusement, il existe un moyen pour vous d’éviter tout discours haineux à votre porte numérique. Évitez d’offrir du carburant aux trolls avides de fausses nouvelles pour se déchaîner. Créez simplement des listes privées de sujets d’utilisateurs qui vous intéressent vivement et suivez-les attentivement pour afficher et partager des opinions.  

Un nombre limité de caractères 

Ajoutez à cela un nombre limité de caractères, et vous avez une force formidable de tweets qui traversent tout ce qui se trouve sur leur chemin. 

Twitter vous permet d’écrire presque n’importe quoi jusqu’à 280 caractères. Agréable pour donner un bref avis. Mais aussi assez court pour partager votre «pensée sauvage» de la journée.  

Le problème, c’est que cette restriction de caractères incite les utilisateurs à partager leurs opinions sans filtre, parfois sans contexte, et même, de manière inachevée. Cela peut soit confondre les gens, soit les amener à remettre en question l’authenticité des utilisateurs de l’application. Après tout, vous ne pouvez pas exactement avoir une bonne conversation ou partager clairement une opinion qui suscite la réflexion en un nombre limité de caractères.  

Oui, vous pouvez créer un fil Twitter en répondant à vos tweets, mais souvent, vos collaborateurs ne liront que le premier tweet. Si ce tweet conteste l’opinion de quelqu’un d’autre, mais n’est pas terminé (en raison du nombre limité de caractères), les gens pourraient le trouver offensant et ils pourraient commencer à partager leurs émotions.  

Un problème encore plus important concerne les politiciens et les célébrités qui expriment leurs opinions sur les applications de médias sociaux. En raison de leur influence plus importante, leurs paroles suscitent souvent plus de comportements de trolling et de haine envers les gens, y compris eux-mêmes !  

Étant donné que Twitter affiche les tweets sur la page d’accueil sans afficher l’intégralité du fil, cela peut amener beaucoup de gens à voir une image biaisée du message d’origine.  

Et lorsque des tweets mal compris sont exposés à de grands groupes de personnes ayant des opinions opposées, cela peut provoquer un déluge de tweets harcelants visant le tweet d’origine et son utilisateur. 

Pourquoi continuer à utiliser une plateforme au nombre de caractères limités ? 

Partager son opinion avec des personnes qui ont des intérêts communs ou qui proviennent de profil similaire à la nôtre reste un besoin essentiel. Bien que Twitter ait son lot de problèmes, l’application a tout de même réussi à connecter entre elles différentes personnes de toutes provenances et de toutes croyances. Le microblogging et la limite de caractères permettent des publications rapides et informatives qui peuvent soulever une discussion ou vous garder à jour. 

Que ce soit pour suivre les actualités ou pour accéder aux nouvelles de dernière heure, ce type de communication s’avère très efficace. La même chose est vraie pour les conversations entre amateurs ou experts et la collaboration entre équipes de travail. Une communication simple et factuelle s’avère essentielle à l’ère numérique. 

Les réseaux concurrents à Twitter 

Twitter est peut-être encore la plus grande plateforme de microblogging au monde, mais ce n’est plus la seule. Des dizaines de réseaux sociaux vous proposent des alternatives à Twitter. Voici quelques exemples. 

  1. Plurk 
    Plurk se présente comme un «réseau social pour les weirdo», mais vous trouverez des gens qui discutent d’un large éventail de sujets. Du tricot à Netflix, les sujets sont d’une grande variété. La société est basée à Taïwan, donc une grande partie des discussions tournent autour de la culture pop asiatique. 
     
    Plurk autorise les publications anonymes. Vous pouvez donc partager vos pensées avec le monde sans partager vos informations personnelles. Une fonction utile de « Time Machine » vous permet de voir tous les plurks des jours passés, ce qui facilite la recherche d’anciens messages. 
     
  2. Minds 
    Minds est destiné aux influenceurs et aux créateurs des médias sociaux. Si vous souhaitiez diriger les gens vers votre site Web ou vos autres comptes de médias sociaux, les outils d’analyse intégrés vous permettent de suivre le nombre de personnes qui voient vos messages au fil du temps, vous donnant des conseils sur la façon d’augmenter votre exposition. 
     
    Minds n’utilise pas d’algorithme pour déterminer les types de contenus que les utilisateurs voient. Semblable à Twitch, Minds utilise un système de jetons pour décider qui est suggéré aux autres utilisateurs. Les autres fonctionnalités notables incluent le chat crypté, les groupes et les blogues. 
     
  3. Mastodon 
    Mastodon est un peu différent en raison de sa nature décentralisée. Plutôt que d’héberger les données sur ses propres serveurs, il permet de créer, d’héberger et de gérer des communautés ou des « instances ». Chaque instance possède un ensemble différent de politiques de conduite déterminées par les hôtes. 
     
    Cela peut sembler difficile à assimiler au début, mais une fois que vous aurez rejoint quelques communautés, vous constaterez que c’est un excellent outil pour se faire de nouveaux amis partageant les mêmes idées. Comme Mastodon prend en charge plusieurs applications pour Android et iOS, vous disposez donc de nombreuses options pour personnaliser votre expérience. 

Vous pouvez me suivre sur Mastodon
 

4. Aether 
Si vous allez sur Twitter pour trouver des personnes ayant des intérêts communs, Aether vous plaira. Aether modère fortement les messages. Les modérateurs des communautés individuelles sont toutefois tenus responsables des actions et des publications de tous les membres du groupe. Il est à noter que les utilisateurs peuvent créer plusieurs comptes anonymes et ainsi publier dans n’importe quelle communauté. 
 
L’avantage important d’Aether est d’être ancré dans le moment : la durée de vie des commentaires est éphémère. Quelqu’un peut toujours capturer ce que vous publiez, mais le contenu finit tout de même par disparaître dans l’éther. L’inconvénient est qu’il n’existe pas d’application mobile ; vous ne pouvez utiliser l’Aether que si vous téléchargez l’application de bureau. 

5. Peeks Social 
Si vous utilisez Twitter pour faire des vidéos, Peeks Social pourrait être une meilleure alternative. À l’instar de Twitch, les utilisateurs peuvent faire un don à leurs créateurs préférés. Pour cette raison, la plateforme est principalement dominée par les joueurs de jeux vidéo. Si vous cherchez un partenaire de jeu, Peeks Social est un excellent endroit pour trouver quelqu’un. 
 
Le seul inconvénient de Peeks Social est qu’il est difficile d’éviter le contenu adulte. Vous devez télécharger une application distincte pour visionner le contenu 18+, mais l’application standard suggère parfois des flux inappropriés selon votre âge. Heureusement, les salles disposent d’un système de notation : vous savez donc à quoi vous attendre avant de visionner des vidéos. 

L’avenir du microblogging 

Tout comme l’avenir du marketing et des communications, l’avenir du microblogging passe par la segmentation des marchés. Diviser les marchés cibles afin de communiquer grâce à des stratégies distinctes, c’est ce que la segmentation peut apporter. Cette stratégie peut s’effectuer plus ou moins naturellement, entre autres en divisant vos bases de clients selon les plateformes utilisées. Fini le temps où un seul canal de communication pouvait rejoindre efficacement des millions de personnes au même moment.

L’avenir du microblogging ne passe donc plus nécessairement par Twitter. Il nous invite plutôt à choisir une plateforme pertinente qui représente mieux nos objectifs. Peut-être moins populaire, mais bien plus engageante pour l’atteinte de nos objectifs de communication.

Même si Twitter demeure l’exemple le plus populaire de microblogging, il n’est plus le seul à offrir un endroit efficace pour partager vos opinions croquées sur le vif. Les plateformes sociales se sont grandement diversifiées depuis 2009. Plusieurs d’entre elles visent désormais des publics plus restreints, mais plus engagés et mieux ciblés, sans être affectées par des considérations politiques ou éthiques aussi puissantes que celles qui motivent Twitter.

Quelle sera votre plateforme de prédilection pour vous exprimer et communiquer avec votre clientèle en 2023 ?

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *